La Matrice Gémellaire.
Contrairement aux centres et musées d’arts contemporains, les salles dédiées aux arts de la scène et celles aux formes numériques suivent généralement aujourd’hui la grande tradition d’une programmation unilatérale où la direction (ou le service programmation) imagine seule le choix des pièces présentées. La décision d’une approche différente permet d’élargir le champ des possibles et de confronter le spectateur à des visions plus radicales. 

The artist is present but the curator is a present. 
Faire le choix systématique de la double curation (ou seul, par le curateur invité, selon les projets) c’est prendre le parti, à contre-courant, de l’imprévu, de la surprise et de la transformation. C’est aussi opter pour l’éducation et pour la médiation afin d’initier et de préparer le spectateur à ce regard différent. Les rencontres  publiques organisées avec le curateur sont aussi un moyen pour Gemini’s Tears de se réinventer et d’actualiser son projet. Choisir ses jumeaux dizygotes sera sa méthode pour constamment se réécrire. 
L’identité du projet. 
Inspiré du travail de Franck Bauchard (CNES, La Panacée, Techne Institute, Gaité Lyrique) de Bernard Stiegler (IRCAM, Conseil National du Numérique) et Paul B. Preciado (commissaire & philosophe espagnol, MACBA, DOCUMENTA 14), par le choix de ces thématiques abordées, Gemini’s Tears s’intéresse principalement à une vision politique, sociale et créative de l’innovation technologique et de la production artistique. 
Digital Twins, 
Nouveaux Médias et technologies. 
Gemini’s Tears est un espace de réflexion et d’expérimentation sur l’implication des technologies contemporaines et futures. Leurs influences sur nos vies quotidiennes ne laissent plus de doute et nous devons nous préparer, selon les cas, à embrasser ou combattre celles de demain. « Les nouveaux médias ne sont pas des moyens de nous relier au vieux monde réel ; ils sont le monde réel et ils refaçonnent à leur guise ce qu’il reste du vieux monde », faisait remarquer McLuhan. Leur impact vaut tout autant sur le processus créatif. Gemini’s Tears est un espace de questionnement et de débat, mais aussi une tentative perpétuelle de réponse sur ce devenir en création. 
Corps performatifs. 
Gemini’s Tears, s’engage à soutenir la performance en permettant à des artistes professionnels de se produire publiquement. Elle propose un espace d’échange entre artistes locaux, nationaux et internationaux et s’engage à promouvoir l’art de la performance. Grâce à la mise en place d’évènements, workshops, rencontres, Gemini’s Tears souhaite familiariser le public au médium et genre performatif. Il défend une création artistique impliquée dans le politique. Il tente d’explorer aussi les protocoles qui permettent aux spectateurs d’impliquer leurs propres corps dans l’œuvre. 
Une culture de l’Europe. 
Grâce à la mise en place de festivals, expositions, conférences et résidences et toujours dans cette dualité gémellaire, Gemini’s Tears promeut les particularités des différentes cultures européennes, mais participe aussi à des projets de collaborations entre les États membres de l’Union Européenne (et accords bilatéraux). À l’encontre du nationalisme et des replis sur soi identitaires, Gemini’s Tears prend à cœur sa participation à la création d’une culture européenne commune et de la célébration de nos différences et du vivre-ensemble. 
Kosmos et Chaos, 
Un doppelganger festif. 
Considérant la fête comme objet politique, comme médium artistique et comme la réunion de Kósmos, (« monde ordonné » en grec) et Chaos. Gemini’s Tears tentera de produire des évènements festifs et créatifs variés et atypiques. Forme participative d’art total, la fête est ce que ses acteurs en font. Du projet initial au résultat réel, du créateur aux participants, l’expérimentation, l’ouverture d’esprit, l’écoute et le respect est de rigueur. 
Dé-cryptophasie, 
 Décodage et transmission.
 
Tout en reprenant le concept de tiers-lieu, comme lieu ne fonctionnant pas sur le système de la concurrence et cherchant à voir certaines de ses initiatives reproduites ailleurs tout en cherchant à transmettre un savoir en création, Gemini’s Tears ouvre l’espace afin de se focaliser sur le partenariat entre différentes institutions intra et extra territoriales. Il s’agit donc d’un lieu de débat sans frontière établie pour tenter de « faire société » ensemble sur ce monde en mutation.